Confirmation du nouveau Adblock chez Google

Rumeur confirmée, le nouvel Adblock de Google devrait être activité à l’horizon 2018 sur les versions mobiles et desktop. Il bloquera la publicité activée par défaut dans Google Chrome ! Hourra !

Ce qui était un bruit de couloir insistant devient une nouvelle de plus en plus officielle. Selon le Wall Street Journal –premier à relayer les indiscrétions des équipes du géant– Google aurait indiqué avoir besoin d’au moins six mois pour se préparer à l’arrivée au sein du navigateur d’un  » filtre » natif bloquant les publicités les plus gênantes pour l’utilisateur.

Traduction : l’idée est de pénaliser les différents sites qui affichent de manière intempestive de la publicité de mauvaise qualité. Grâce à une étude menée au préalable par la Coalition for Better Ads (Associations professionnelles qui cherchent à améliorer l’expérience des consommateurs avec la publicité en ligne), il est prouvé que cette publicité nuirait à la navigation de l’internaute. En première ligne de mire : les bandes-son en lecture automatique qui s’enclenchent sans qu’on n’ait rien demandé ! Ou encore les pop-ups et autres pubs qui s’insèrent un peu partout.

C’est quoi un Adblock ?

Le Adblock est une extension libre qui permet de filtrer le contenu des pages web afin d’en bloquer certains éléments comme les bannières publicitaires. Google devrait donc installer SON propre Adblock. Il sera définit via une fonctionnalité qui bloquera toutes les publicités sur une page, si celle-ci détecte une publicité ne correspondant pas aux standards et aux normes définis en amont par Google. Même Google Adsense sera épinglé ! Il y a une double pénalité qui émerge de cet excès publicitaire. D’un côté l’internaute qui subit et avorte sa navigation web. De l’autre, ce sont les revenus des éditeurs qui pâtissent. A force d’être assailli de pub, l’utilisateur coupe avec un Adblock. Celui-ci ne coupe pas que les pubs mais aussi tous les éditeurs! D’où la nécessité de faire un Adblock peut-être plus « sélectif ».

Pour que tout le monde puisse bien s’organiser, Google ne compte pas déployer sa fonctionnalité avant 2018. Si on part du principe qu’environ 60% des internautes utilisent Chrome, il semblerait bien que la face du web vienne à changer radicalement ! Railleries pour certains qui ne manquent pas de faire remarquer que Google est à la fois le juge et le parti dans cette affaire ! Eh oui, Google tire la plus part de ses revenus de la publicité … On appréciera tout de même la démarche qui certes « non désintéressée », a quand même pour but de nous offrir un web plus vivable ! Verdict dans un an.

Publié le : 2 juin 2017

Articles relatifs