Les fake news : dans le viseur de Facebook

Le but pour l’entreprise de Mark Zuckerberg est de réduire la visibilité des pages web qui contiennent -dixit l’intéressé : « du contenu peu substantiel et couvert de publicités perturbatrices, malveillantes et choquantes ».

C’est le grand ménage pour le géant de la Silicon Valley. Grâce à l’intelligence artificielle, Facebook met à jour son algorithme concernant « la qualité des contenus » et s’attaque aux spams et la désinformation.

La traque des fake news s’intensifie

Il n’y a rien de nouveau à ce que Facebook traite la qualité des contenus, mais le fait de recourir à une nouvelle intelligence artificielle démontre son intention de vouloir éradiquer ce type de contenu polluant. L’algorithme en question est capable d’écarter et de classer toutes les pages partagées. En somme, une page web qui contient peu de contenu et énormément de publicités dites « perturbatrices, malveillantes et choquantes », ne pourra plus être boostée via les produits publicitaires de la plateforme. Elle sera donc moins visible sur les fils d’actualités et moins partagée. Outch !

Les médias sont de la partie

En janvier dernier, huit médias Français (dont le Monde), avaient décidé de s’aligner avec Facebook lorsque le projet serait déployé en France. Dans l’idée, ce sont les abonnées des quotidiens qui signaleraient les « fake news ». Les rédacteurs et éditorialistes peuvent ainsi vérifier et infirmer ou non, le contenu. Avec les nouveaux canaux de communication que sont les réseaux sociaux, cet algorithme sera à terme un allié précieux pour la presse et les utilisateurs qui sont assaillis de post. La dernière campagne électorale aux États-Unis a d’ailleurs confirmé le besoin de mieux inspecter cette désinformation…

Impact positif pour certains sites

A contrario, pour ceux qui ne génèrent pas de « fake news », ils devraient observer une légère hausse du trafic ! Facebook précise également que la mise à jour va être déployée progressivement. Donc pas panique, votre fil d’actualité ne sera pas brusquement changé dans les jours à venir. Si vous pensez que votre site est concerné ou que vous souhaitez avoir l’avis d’un professionnel, l’agence Rollingbox est à votre service.

Publié le : 12 mai 2017

Articles relatifs